Si LNB7
Duo pour Bessette et Contrebasse
JEUDI 10 JANVIER 2013

un projet conçu et interprété par Claudine Hunault et Elise Dabrowski, contrebassiste et chanteuse lyrique et jazz.
Résidence à La Fabrique des Arts de Carcassonne, décembre 2013/janvier 2014. Création du spectacle grand format inspiré de La Grande Balade et Si.
Performance à l'Atelier du Plateau début 2014.
Performances à Paris en 2013 : Librairie Le Genre Urbain, Le Thé des Ecrivains, Ackenbusch.
« Le langage « poétique » est forcément celui de ce temps difficile (...) Dans un monde bruyant, angoissé, une phrase qui se fait entendre. Une phrase qui doit être lancinante. Voisine du Jazz. Qui retient. Cruelle peut-être.
Ce qui prouve qu'elle est à sa place. »
Hélène Bessette, « Le Manifeste », Le Résumé, Revue Littéraire n°1.

>>> Le Grenre urbain
60, rue de Belleville
75020 Paris
M° Belleville ou Pyrénées

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

J'ADORE MOURIR
8 NOVEMBRE 2013

Spectacle lyrique avec Léa Sarfati, soprano, et l'ensemble DBDD, direction Alexandra Cravero.
Une forme inédite qui croise des grands airs d'opéra avec une parole sur le fil fascinant qui court du chant à la jouissance et à la mort. Et c'est étonnamment drôle. Textes et mise en scène de Claudine Hunault.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

DIE WINTERREISE
Le voyage en Hiver de Schubert
MAI 2013

Mise en scène de lieder chantés et parlés avec la soprano Pauline Larivière. Projet reporté en 2014.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Pluie d’été
opéra d’après La Pluie d’été de Marguerite Duras, livret et mise en scène Claudine Hunault, scénographie Rudy Sabounghi. Projet en cours d'élaboration.

Une famille immigrée au bord d’une autoroute en démolition. Ernesto – il a entre 12 et 20 ans, on ne sait pas au juste – apprend à lire tout seul, va à l’école et quitte au bout de huit jours « parce-que-à-l’école-on-m’apprend-des-choses-que-je-sais-pas... ». Il a une révélation : la création s’est faite d’une seul coup, en une nuit tout était là et c’était pas la peine. Entre Ernesto, Jeanne, le père et la mère, l’amour est aussi fort que d’avoir faim. « Fabuleuse coïncidence » de l’amour entre le frère et la sœur. L’impossibilité de l’amour est vécue aussi fort que son désir. L’autre ne peut être possédé. Reste la peur d’abandonner et d’être abandonné. Une histoire sensuelle et sauvage, une partition entre jazz et musique contemporaine pour des voix lyriques.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -